POURQUOI PERD-ON LA GUERRE ? UN NOUVEL ART OCCIDENTAL

 Cette recension est parue dans Politique Etrangère 2:2016

Gérard Chaliand Paris, Odile Jacob, 2016, 176 pages

Mise en page 1

L’École des Annales avait vertement rejeté « l’histoire-bataille », qui tentait d’expliquer la cause des victoires et des défaites dans les guerres, pour lui préférer une étude inscrite dans le temps long, privilégiant les grandes mutations sociales et économiques des nations. Depuis de longues années déjà, Gérard Chaliand semble réconcilier la grande question de l’histoire militaire et de la stratégie en général – «pourquoi perd-on la guerre ? » – , avec l’étude des civilisations dans la longue durée. Dans son dernier livre, ce chercheur hors normes qui a dédié sa vie à l’étude de la conflictualité en combinant les travaux d’anthologie et les réflexions théoriques, avec l’observation au plus près des combattants, nous livre un récit brossé à grands traits de l’ascension et du déclin de la puissance militaire occidentale.

Continue reading

Posted in Lu, vu, attendu | Tagged , | Leave a comment

LA GUERRE PAR CEUX QUI LA FONT. STRATÉGIE ET INCERTITUDE

Cette recension est parue dans Politique Etrangère 2:2016

Benoît Durieux (dir.), Monaco, Éditions du Rocher, 2016, 368 pages

la guerre par ceux qui la font CHEM

La Guerre par ceux qui la font est un ouvrage collectif rassemblant 15 contributions d’officiers français et étrangers du Centre des hautes études militaires (CHEM) en trois grandes parties : le temps de l’incertitude, le temps de la sagesse stratégique et le temps des opérations militaires globales. Les chapitres abordent des thématiques variées et toutes intéressantes : asymétrie, surprise stratégique, contre insurrection, mais aussi enjeux stratégiques en Arctique ou concept de guerre ouverte. On se contentera ici d’en évoquer trois parmi ceux qui retiennent le plus l’attention.

Continue reading

Posted in Lu, vu, attendu | Tagged , , , , , , , , , , | Leave a comment

Les Thunders Runs et la surprise en combat urbain

m1a1baghdad

Les raids blindés américains des 4 et 7 avril 2003 qui contribuèrent de façon décisive à la chute de Bagdad et passèrent à la postérité sous la dénomination de « Thunder Runs »[1],  sont un exemple très intéressant de manœuvre et de surprise en zone urbaine. En grande partie grâce à ces actions, la bataille de Bagdad, que beaucoup d’experts promettaient longue et sanglante, n’a finalement pas demandé tant d’effort. Les défenses concentriques irakiennes se sont écroulées en quelques jours.

Mais quels sont les ressorts de la réussite de ce mode d’action et est-il réplicable dans d’autres circonstances ? Le raid blindé est-il l’arme fatale en combat urbain ?

Continue reading

Posted in Analyses | Tagged , , , , , | 1 Comment

TERREUR DANS L’HEXAGONE. GENÈSE DU DJIHAD FRANÇAIS

 Cette recension est parue dans Politique Etrangère 2:2016

Gilles Kepel, avec la collaboration d’Antoine Jardin Paris, Gallimard, 2015, 352 pages

Terreur dans l'Hexagone Kepel

Le livre était très attendu : comment l’un des meilleurs spécialistes du Moyen-Orient et du développement de l’islam en France, comment l’auteur de Les Banlieues de l’islam (Seuil, 1987) et de Passion arabe (Gallimard, 2013) allait-il analyser les attentats de janvier et novembre 2015 ? L’ouvrage ne déroutera pas les fidèles lecteurs de Kepel. Le style –  savant sans être excessivement jargonneux  – rappelle celui d’un de ses précédents essais, Quatre-vingt-treize (Gallimard, 2013). Quant aux thèses exposées, elles se situent dans la droite ligne de Terreur et Martyre (Flammarion, 2008) et Banlieue de la République (Gallimard, 2012).

Continue reading

Posted in Lu, vu, attendu | Tagged , , | Leave a comment

L’avenir de la surprise tactique à l’heure de la numérisation

 Le Centre des études de sécurité de l’Ifri vient juste de publier le numéro 69 de la série Focus Stratégique: 

L’avenir de la surprise tactique à l’heure de la numérisation

par Rémy Hémez

Pour télécharger cette étude, cliquez ici.

Résumé:

La surprise est une dimension cruciale de la tactique qui découle de l’incertitude inhérente à la nature même de la guerre. Le développement croissant des technologies de Couv_fs69.jpgl’information et de la communication au cours des dernières décennies favorisant l’idée d’un « champ de bataille transparent » pose aujourd’hui la question de la pérennité du concept de surprise tactique à l’heure de la numérisation. Loin d’y mettre un terme, le progrès technologique ouvre en réalité de nouvelles potentialités pour créer la surprise tout comme il introduit en retour de nouvelles occasions de se faire surprendre. C’est dans la perspective de cette nouvelle donne tactique que la mise en service en 2018 par l’armée de Terre du programme de modernisation baptisé Scorpion invite à repenser le modèle de commandement et de contrôle en vue de placer la surprise au cœur des modes d’action en tirant pleinement parti du potentiel technologique sans toutefois en devenir dépendant.

Posted in Divers | Leave a comment

Un silence religieux. La gauche face au djihadisme

Jean Birnbaum Paris, Seuil, 2016, 240 pages

129839_couverture_Hres_0

Cette recension est parue dans Politique Etrangère 2:2016

Jean Birnbaum signe ici un essai stimulant. Un Silence religieux part d’un constat : la gauche ne parvient pas à saisir le phénomène djihadiste et refuse d’en admettre la dimension religieuse. Ce refus se traduit notamment par un raisonnement répété par nombre d’élus socialistes : l’État islamique n’est pas islamique et le djihadisme n’a rien à voir avec l’islam. Ce raisonnement, que Birnbaum qualifie de « rien-à-voirisme », est considéré par l’auteur comme contre-productif. Au lieu d’affirmer que le djihadisme est étranger à la religion, mieux vaudrait « admettre qu’il constitue la manifestation la plus récente, la plus spectaculaire et la plus sanglante de la guerre intime qui déchire l’islam. Car l’islam est en guerre avec lui-même ». En essayant maladroitement de combattre l’amalgame entre musulmans et terroristes, les responsables politiques contribueraient au contraire à « alimenter l’ignorance dont se nourrit l’islamisme », et abandonneraient les « esprits critiques qui tentent, parfois au péril de leur vie, de soustraire l’islam aux fanatiques ». Birnbaum rend un vibrant hommage à ces esprits critiques –  Arkoun, Meddeb, Benzine, Djaït, Bidar, Sedik ou encore Benslama –, qui analysent les liens entre islam, islamisme et djihadisme.

Continue reading

Posted in Lu, vu, attendu | Tagged , , , | Leave a comment