War and Technology : A Very Short Introduction

Alex Roland, Oxford University Press, 2016, 135 p.

Cet ouvrage issu de la collection Very Short Introductions – équivalent britannique des Que sais-je ? – dont l’auteur est Alex Roland, professeur à l’université de Duke, a pour ambition d’éclairer un large public sur la coévolution de la technologie et de la guerre, des débuts de l’humanité à aujourd’hui. L’idée maîtresse développée est que la technologie est le facteur qui a le plus influencé la façon de faire la guerre mais que les relations entre guerre et technologie ne sont pas à sens unique, la première aiguillonnant autant la deuxième que l’inverse.

War and Technoloy

Continue reading

Posted in Lu, vu, attendu | Tagged , , , , | Leave a comment

Qui est l’ennemi ?

Cette recension a été publiée dans Politique Etrangère 2017/1

Jean-Yves Le Drian, Paris, Éditions du Cerf, 2016, 96 pages

L’expression publique d’un ministre de la Défense en activité comporte une part routinière incompressible, résultante d’échéances régulières, tels les vœux de début d’année, les commémorations, les discours d’ouverture ou de conclusion de colloques, ou les auditions au Parlement. Certes, Qui est l’ennemi ? est la version allongée de l’un de ces discours, prononcé aux Assises nationales de la recherche stratégique, en décembre 2015. Il serait toutefois erroné de n’y voir qu’une énième prise de parole officielle. L’ouvrage est en réalité le produit d’une réflexion approfondie conduite par le ministre, et au sein de son ministère, en écho à la dégradation brutale de l’environnement stratégique survenue depuis 2014.

Qui est l'ennemi ?

Continue reading

Posted in Lu, vu, attendu | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Pour un nouveau Livre blanc sur le terrorisme

Ce texte a d’abord été publié dans la série Editoriaux de l’Ifri.

Le Livre blanc du Gouvernement sur la sécurité intérieure face au terrorisme a plus de dix ans. Publié en 2006, ce document avait un triple objectif. Le premier était de mieux comprendre la menace, c’est-à-dire d’analyser le fonctionnement des réseaux d’Al-Qaïda. Le deuxième était d’élaborer une « stratégie de riposte », une « véritable doctrine » pour faire face au djihadisme. Le troisième consistait à informer et responsabiliser la population pour accroître sa résilience. En une décennie, la situation a considérablement évolué : Daech n’existait pas en 2006, les révolutions arabes n’avaient pas eu lieu et la France n’avait pas encore subi la vague d’attentats de 2015-2016. Aujourd’hui, un nouveau Livre blanc sur le terrorisme s’impose.

Continue reading

Posted in Analyses | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Pour une hybridation des armées

Cette recension a été publiée dans Politique Etrangère 2017/1

Christophe Niquille, Paris, Nuvis, 2016, 144 pages

L’hybridité est un concept à la mode dans les études de sécurité pour qualifier certains des adversaires auxquels font face les armées occidentales, et qui utilisent une combinaison de capacités conventionnelles avancées et de tactiques non linéaires. Ces adversaires peuvent être non étatiques (Daech, Hezbollah) ou étatiques (Russie). Dans Pour une hybridation des armées, Christophe Niquille, auteur suisse qui mène en parallèle à sa vie civile une carrière dans la milice comme officier d’état-major, adopte un point de vue original, en se plaçant non pas du côté de nos adversaires mais de nos propres armées, et en se faisant l’avocat d’armées occidentales hybrides.

Pour une hybridation des armées

Continue reading

Posted in Lu, vu, attendu | Tagged , , | Leave a comment

Défense: le moment de vérité

Le texte ci-dessous est paru dans un premier temps dans une étude collective de l’Ifri, intitulée L’agenda diplomatique du nouveau président, publiée sous la direction de Thomas Gomart et de Marc Hecker. 

La posture de sécurité et de défense de la France est soumise depuis plusieurs années à une pression extrême. Celle-ci résulte pour partie de facteurs externes, reflets des transformcouv_note_collective_ifri_vfr_final_page_1[1]ations de l’environnement stratégique survenues depuis 2011, et pour partie de facteurs internes. Depuis deux décennies, l’appareil de défense français a traversé plusieurs phases marquées par des tensions croissantes entre des besoins grandissants et des moyens calibrés à un niveau oscillant entre juste suffisance et juste insuffisance. Cet équilibre précaire, s’il n’a pas entravé profondément l’efficacité militaire des armées françaises, a néanmoins sapé ses fondements, en réduisant la flexibilité des forces et en retardant le renouvellement et le maintien en condition opérationnelle d’équipements éprouvés par les opérations. La conséquence la plus évidente de ces tensions accumulées est simple : en l’absence d’un renforcement important de l’effort de défense, le modèle militaire français d’autonomie stratégique sera mis en péril au cours des prochaines années, au moment même où le contexte international en réaffirme la pertinence.

En effet, au cours des dernières années l’environnement dans lequel évolue la France a été profondément altéré. Les menaces se sont à la fois diversifiées et renforcées : elles couvrent tout le spectre de la conflictualité, du terrorisme aux stratégies de coercition adossées à des capacités avancées, conventionnelles et nucléaires ; elles concernent des théâtres d’opérations plus nombreux et variés, du Levant au Sahel, en passant par le territoire national et l’Europe orientale ; elles ont démontré leur capacité à frapper le cœur de la nation française et à déstabiliser des régimes alliés ou proches.

Continue reading

Posted in Analyses | Tagged , , , , , | 3 Comments

Drones, robots et le Génie

Même si les débuts ont été difficiles, la robotique va certainement s’installer dans les armées à l’horizon 2035-2050. En effet, les caractéristiques de base pour qu’une opération soit préférablement réalisée par les robots, à savoir qu’elle soit longue ou répétitive, sale (incluant les environnements contaminés) et/ou dangereuse (comme la gestion des explosifs), s’appliquent à bien des missions militaires. L’arme du génie dispose d’engins télé-opérés et de robots depuis une vingtaine d’années, soit bien avant les autres armes, à l’exception peut-être de la fonction renseignement (drones d’observation). Cette précocité est liée à leur emploi dans le domaine de la manipulation d’explosifs.

Drones Robots Génie

Un débat sémantique existe quant à la définition du terme « robot », notamment parce que depuis son invention par l’écrivain tchécoslovaque Karel Čapek, le mot désigne une machine autonome. Une distinction doit être faite entre deux catégories de robots militaires : les robots télé-opérés, pour lesquels l’opérateur humain reste présent « dans la boucle » et garde une capacité de contrôle instantanée et les robots autonomes, susceptibles, à partir d’une planification et d’une programmation initiales d’adapter, dans une certaine mesure, leur action à l’environnement réel, avec des possibilités limitées pour l’homme de reprendre la main. Nous retiendrons ici la définition de l’armée de Terre qui stipule qu’un robot est terrestre et doit présenter les trois caractéristiques suivantes[1] :

  • le déport ou l’absence temporaire d’intervention de l’opérateur humain qui contrôle ou met en œuvre le matériel ;
  • la réutilisabilité (au moins souhaitée) ;
  • la mobilité et une certaine autonomie de déplacement.

Continue reading

Posted in Analyses | Tagged , , , , , | Leave a comment