Sur la professionnalisation des armées en Afrique

Par Jean-Raoul Murego, ancien officier dans l’armée de Terre, il a crée et dirige Ananke Group, société de sécurité et conseil en gestion des risques spécialisée sur l’Afrique et le Moyen Orient.

Tout le monde connaît les coûts socio-économiques (insupportables) du manque de professionnalisme des armées africaines : instabilité chronique, pauvreté endémique, baisse des investissements suite à l’insécurité et vie démocratique à l’arrêt. Le premier obstacle à une réelle professionnalisation n’est bien évidemment pas militaire mais politique et est un héritage de la colonisation.

Les forces armées issues de la colonisation voyaient une surreprésentation d’ethnies minoritaires, recrutées massivement pour garder un œil sur les groupes ethniques majoritaires. Les Tutsis au Rwanda et au Burundi ou les ethnies d’éleveurs nomades du nord du Ghana, du Nigeria ou du Togo constituaient le gros des forces locales dans ces colonies belges, britanniques et françaises.

Les armées africaines, nées de la colonisation et en place au moment des indépendances, avaient été créées pour défendre les gouvernants et non les gouvernés. L’interconnexion entre le politique, le militaire et l’économie se poursuivra durant plus de 30 ans car il apparaissait évident aux yeux de tous que le contrôle de l’outil militaire menait au pouvoir et donc à la richesse. Cette politisation du militaire (ou est-ce une militarisation du politique?) et la collusion entre hommes politiques et chefs militaires a non seulement nui aux capacités opérationnelles des forces armées mais a surtout alimenté la rancœur et la méfiance des populations civiles envers l’institution militaire[1]. Cela entraîna des désastres lorsque certaines de ces armées africaines se retrouvèrent à devoir affronter des insurrections sur tout ou partie du territoire national sans le soutien des populations.

De cet héritage colonial découle le second problème, qui reste, hélas, pour beaucoup d’armées africaines, celui de l’ethnie et du tribalisme[2]. Une armée recrutée et organisée sur une base ethnique ne peut en aucun cas défendre la république (au sens latin de res publica : le bien public) et encore moins les populations civiles. Une telle force limite son action à la défense des intérêts de son ethnie. Si elle peut parfois tolérer un recrutement (quantitativement limité) en dehors de son groupe ethnique pour les hommes du rang et une partie du corps des sous-officiers, elle gardera toujours la haute main et le contrôle sur le corps des officiers. Une telle armée n’a donc aucun intérêt à soutenir un changement ou une ouverture démocratique qui remettrait en cause ses privilèges.

Les exemples du Burundi de 1962 à 2003, du Rwanda (les FAR de 1962 à 1994, la RDF depuis 1994), du Tchad de Déby, de la Mauritanie et récemment du Soudan du Sud sont les plus emblématiques du problème posé par les considérations tribales sur la formation et la professionnalisation d’une armée en Afrique. Les contre-exemples sont la Tanzanie et la Zambie, ou plus récemment le Burundi post-Arusha et l’Afrique du Sud post-apartheid.

3 catégories d’armées africaines

La combinaison de ces 2 facteurs (la politisation du militaire issue de la colonisation et le facteur ethnique) et ses conséquences sur le professionnalisme des armées a longtemps conduit à classer les armées africaines en 3 catégories :

  • Celles des armées qui interviennent décisivement et directement dans la vie publique et politique du pays

L’exemple de la Guinée-Bissau est ici le plus révélateur. En effet, depuis son indépendance, cette ancienne colonie portugaise n’a jamais vu un seul de ses chefs d’Etat démocratiquement élu finir son mandat. Les forces armées de Guinée-Bissau ont pris l’habitude d’installer et de démettre les gouvernements du pays, surtout lorsque ces derniers devenaient une menace pour les intérêts économiques d’une élite militaire notoirement corrompue et impliquée dans le trafic de drogue.

  • Celles des armées qui révèlent leur manque / absence de professionnalisme par le nombre de mutineries et coups d’Etat qu’elles subissent et font subir à leur nation

Si on pense bien entendu à la République Centrafricaine des 40 dernières années, on peut citer également le Burkina Faso quand une poignée de sous-officiers et d’hommes du rang se rendirent responsables, pendant la première moitié de l’année 2011, de violations graves des droits de l’homme à l’encontre des populations civiles que ces militaires étaient supposés défendre et protéger.

  • Celles des armées qui tolèrent une subordination aux autorités civiles en échange de la préservation de leurs intérêts économiques

L’émergence et la consolidation d’alliances entre les leaders politiques, militaires et économiques (nationaux et étrangers) autour d’intérêts financiers communs a ancré les « gens d’armes » dans la vie économique du pays de manière plus ou moins diffuse et complexe. Au Nigeria, autrefois, les autorités militaires qui gouvernaient le pays ne se privaient pas de siéger aux conseils d’administration d’entreprises publiques. En Angola, encore aujourd’hui, les élites militaires sont parties prenantes des négociations de contrat avec des sociétés étrangères, siègent aux conseils d’administration, ou sont actionnaires dans diverses entreprises et sociétés (des mines aux télécommunications).

Il convient de signaler que cette 3e catégorie reste pertinente et d’actualité non seulement en Angola, mais aussi en Egypte ou encore en Ouganda et au Rwanda. Dans ce dernier pays, les marchés publics et les initiatives économiques privées (construction, télécommunications, énergie, tourisme, agroalimentaire) appartiennent presque toujours soit à la holding du parti FPR au pouvoir, soit celle à de l’armée rwandaise (RDF).

Quant aux conséquences d’un tel « opportunisme économique militaire », elles se sont faites et se font toujours cruellement sentir :

  • sur l’environnement, en RD Congo et en Centrafrique, avec l’implication dans le braconnage et le trafic d’ivoire de l’UPDF ougandaise déployée pour lutter contre la LRA de Joseph Kony,
  • sur les populations civiles, en RD Congo comme en Juin 2000 lors de l’affrontement entre les armées ougandaise et rwandaise pour le contrôle du centre diamantifère et aurifère de Kisangani ou le soutien des armées de ces deux pays aux milices en Ituri et dans les deux Kivu.

Concernant la politisation du militaire, la Côte d’Ivoire (de Houphouët-Boigny à Gbagbo) en fut aussi un exemple. A son arrivée au pouvoir, le président Houphouët-Boigny réduisit la taille des forces armées en les transformant en une quasi milice loyale au parti au pouvoir, principalement composée de Baoulés comme lui et dont les officiers étaient mieux rémunérés que les fonctionnaires pourtant au même indice de solde.

4 étapes pour améliorer la professionnalisation

Une amélioration de la professionnalisation des armées en Afrique pourrait passer par 4 étapes.

1ère étape – Redéfinir le mandat et les missions des armées

L’absence de réflexion et de solutions sur ce sujet est criante pour la majorité des armées du continent africain. La doctrine, pour la plupart de ces armées, reste guidée principalement ou exclusivement par la défense du territoire national et de la population contre un ennemi étranger ou une agression étrangère. Et pourtant, depuis 50 ans, les conflits interétatiques ne représentent qu‘une part minoritaire des guerres qui ont ensanglanté et endeuillé l’Afrique. Les menaces qui pèsent sur les Etats africains, au contraire, sont majoritairement d’origines domestiques et internes, des MEND (Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger) et Boko Haram au Nigeria en passant par les velléités autonomistes des Touaregs dans les pays du Sahel jusqu’aux mouvements sécessionnistes en Angola (Cabinda), en Ethiopie (Ogaden) ou au Sénégal (Casamance).Face à la piraterie par exemple, les Etats du Golfe de Guinée ont-ils besoin d’armer des marines de guerre ou tout simplement d’un service de garde-côtes ? La question n’est pas purement sémantique, le choix entre l’une de ces 2 options a des conséquences financières importantes.

Ces menaces domestiques montrent la déconnexion entre ce mandat officiel donné aux armées africaines et la réalité des missions et opérations auxquelles elles font face et pour lesquelles elles déploient leurs moyens (pas toujours adaptés) sur le terrain. Au niveau de l’organisation, ces armées africaines restent en outre souvent des clones des armées occidentales ou de celles du pacte de Varsovie durant la Guerre Froide. Elles se révèlent alors souvent, au début d’une insurrection ou de toute autre forme de crise, incapable de faire face à un ennemi plus mobile, mieux organisé et équipé et disposant d’une meilleure connaissance du théâtre des opérations.

Une armée n’est pas et ne peut pas être un outil bon marché qu’on se contente de regarder défiler quelques fois dans l’année à l’occasion de la fête nationale ou de commémorations. L’efficacité a un coût et les armées sont donc un outil cher. Un soldat professionnel doit être instruit, entraîné, équipé et entretenu. Il devient alors vital de savoir ce qu’on attend de ce soldat pour ne pas gaspiller les ressources de l’Etat. La question, d’ailleurs, se pose aujourd’hui au-delà des frontières africaines : déployer des soldats pour des missions de police sur le territoire national comme le fait, par exemple, la France avec l’opération « Sentinelle » doit interroger sur le rôle des armées et leur efficacité dans ce type de mission.

L’une des questions à laquelle la Côte d’Ivoire, et bon nombre d’autres pays africains, doit répondre est celle de savoir que faire de son armée quand celle-ci n’est pas engagée dans des opérations de combat. L’exemple du Ghana peut être ici intéressant. Les GAF (Ghana Armed Forces) n’ont pas eu à défendre le territoire national contre une agression extérieure depuis bien longtemps. Mais, pour maintenir leur savoir-faire et leurs compétences à niveau, le pouvoir politique a mis les GAF au service des agences de sécurité internes quand cela était nécessaire (secours aux populations en mettant les hôpitaux militaires au service de la population, soutien aux forces de police pour maintenir l’ordre, etc). L’autre solution bien connue pour maintenir une armée occupée est celle de la participation aux OMP (Opérations de Maintien de la Paix), certains pays asiatiques et africains étant devenus des habitués de ce type de missions (Inde, Pakistan, Ghana, Sénégal, Burundi).

La spécificité du métier des armes reste, pour le soldat, de se tenir prêt à donner la mort mais aussi à la recevoir. Les armées africaines doivent donc s’interroger sur le type de soldat (éthique, rigueur, discipline) qu’elles doivent avoir dans leurs rangs. Cela nécessitera de mettre l’accent sur la formation et l’instruction de la troupe, en s’interdisant justement des formations dites « accélérées », qu’il s’agisse de parer à une urgence ou non.

2e étape – Dépolitiser l’environnement dans lequel évolue les armées et renforcer le contrôle parlementaire sur les questions militaires

Une provision retrouvée dans presque toutes les constitutions africaines est celle du président élu devenant commandant en chef des armées. Mais pour inculquer l’idée d’un contrôle civil sur le militaire, les classes politiques doivent aussi prendre leurs responsabilités en faisant preuve de davantage d’engagement dans les processus RSS et en formalisant clairement le cadre dans lequel évolue l’institution militaire.

Définir le rôle des uns et des autres nécessite non seulement des institutions mais aussi des comportements et des habitudes nouvelles et fortes qui (s’) interdisent la possibilité pour des hommes politiques de pouvoir manipuler l’institution militaire à des fins politiques.

L’un des problèmes des pouvoirs exécutifs et législatifs africains est qu’ils ne connaissent tout simplement pas l’institution militaire. Difficile dans ces conditions d’instaurer et d’inculquer une vision commune sur des sujets aussi sensibles, par exemple, que la lutte contre la corruption dans les organes de l’Etat ou le respect de la loi par les hommes en armes. Peu de pays africains ont fait cet effort intellectuel et législatif de définir un cadre clair d’intervention des armées et de la chaîne de commandement (civile et militaire) selon qu’il s’agisse de faire intervenir les armées en temps de paix, en temps de guerre ou pour répondre à une urgence. Car il ne devrait pas y avoir d’ambigüité, par exemple, sur le rôle des armées dans la prise de décision ou les relations entre civils et militaires que ce soit lors de la conduite d’une opération militaire sur le territoire national ou à l’extérieur de celui-ci ou lorsque des désaccords apparaissent entre le pouvoir civil et les militaires.

Lorsque Ouattara bat le rappel des « comzones » (donc de canaux officieux et informels, Wattao n’ayant pas le rôle officiel d’ombudsman, par exemple) suite aux mutineries pour régler les divergences entre l’institution militaire et les autres corps de l’Etat, c’est une mise à mal de mécanismes institutionnels existants ou la preuve de l’urgente nécessité de créer des mécanismes officiels pour régler de telles questions. Le peuple ivoirien, par la voie de ses représentants parlementaires et de la société civile, n’a pas eu voix au chapitre et n’a également rien proposé de concret pour résoudre la crise causée par les mutineries.

Or, une révision générale et réaliste des politiques de défense et des programmes de sécurité ainsi qu’une réelle professionnalisation des armées en Afrique ne pourra se faire que si elle est inclusive (société civile, parlement, médias), d’abord et surtout en demandant au pouvoir législatif de prendre le taureau par les cornes et de ne plus croire que la défense est une chasse gardée duseul pouvoir exécutif.

Ceci doit être vrai tant pour ce que le civil attend du militaire (responsabilités des armées envers le civil et la population, code de conduite connu et respecté par tous en ce qui concerne l’éthique, la discipline, le respect des droits de l’homme et les sanctions encourues en cas de violations) que pour ce que le civil attend du civil sur les questions de Défense et de sécurité (par exemple, les éventuelles sanctions contre les leaders politiques et militaires qui seraient tentés d’utiliser les armées à des fins politiques). Il y a urgence pour les parlementaires africains à se saisir des problématiques liées à la sécurité et la Défense et à débattre des buts, des missions, des budgets et des dépenses des forces de défense et de sécurité. En un mot : de pouvoir jauger de la performance de l’outil militaire national, et le cas échéant, pouvoir agir pour changer ce qui ne fonctionne pas.

Dans le cadre de la lutte contre Boko Haram, lorsque l’armée nigériane bombarde des populations civiles et qu’aucune commission d’enquête parlementaire ne se penche sur de telles violations des droits de l’homme pour déterminer les failles dans la chaîne de commandement (militaire et civile), cela nuit à l’objectif général de lutte contre cette organisation terroriste et de la stabilisation du nord du pays. Le cas du Kenya, après les attaques d’al-Shabaab contre les positions de la KDF à El-Adde et à Kulbiyow en Somalie, montre là encore le long chemin qu’il reste à parcourir pour que le pouvoir législatif en Afrique mette en pratique ses prérogatives sur les questions de Défense.

Puisque la corruption et la mauvaise gestion dans les armées peuvent avoir des conséquences graves pour la sécurité nationale, la mise en place d’audits quant à l’utilisation de l’argent public par les armées relève de l’urgence et doivent être une priorité nationale.

3e étape – Récompenser l’intégrité des cadres militaires, maintenir le niveau opérationnel en renforçant le contrôle civil sur la gestion des ressources et les achats de matériels militaires

Les mutineries en Côte d’Ivoire posent la question de la pyramide des grades dans les FRCI, une question qui s’observe ailleurs sur le continent lorsque les promotions sont basées sur l’ethnie ou servent de récompenses et de cadeaux politiques. Avant la crise, les FAMa (armée malienne) comptaient plus de 50 officiers généraux pour un effectif total de 20.000 soldats. Soit 1 officier général pour 400 soldats. Le Niger voisin, jusqu’il y a peu, avait un ratio de 1 pour 600. Ce déséquilibre entre le sommet et la base est commun à de nombreuses armées africaines. Typiquement, plus les effectifs de sous-officiers et d’officiers sont élevés, moins l’armée sera efficace et cette inflation des postes de sous-officiers et d’officiers (surtout aux rangs des officiers supérieurs et généraux) représente une charge supplémentaire pour le budget des armées. C’est également une source d’indiscipline puisqu’elle engendre une frustration chez les militaires qui observent des promotions pour des raisons politiques et non professionnelles.

Or, les armées africaines possèdent et produisent des cadres militaires compétents et professionnels, certains formés hors de leur pays dans quelques unes des meilleures écoles et académies militaires du monde. Malheureusement, ces sous-officiers et officiers ne peuvent s’épanouir et donner le meilleur d’eux-mêmes dans un environnement où la compétence et le professionnalisme ne sont pas pris en compte et récompensés[3]. L’oisiveté et l’absence de perspectives de carrière peuvent alors entraîner au mieux une démotivation de ces cadres militaires, au pire, devenir le terreau d’une indiscipline aboutissant à des actes de mutinerie par une troupe et des cadres qui s’estiment abandonnés par leurs autorités civiles et militaires.

Le moral étant vital au combat, une armée confrontée à de tels problèmes de gestion de ses ressources humaines connaîtra l’échec au feu et la défaite. Le manque de motivation des FAMa au Mali, face aux avancées des militants islamistes et des Touaregs en 2012 et 2013, repose bien sur une telle combinaison de facteurs internes : instabilité politique suite à un coup d’Etat, allégations de corruption des hauts échelons militaires et absence de soutien et d’équipements adéquats pour les troupes envoyées au front combattre les groupes islamistes.

Les sociétés civiles et les pouvoirs législatifs africains n’ont pas l’habitude de questionner le pouvoir exécutif sur les questions militaires. Le contrôle parlementaire sur les dépenses militaires et les ressources humaines des armées reste faible. Le blocage est d’abord psychologique : nombre de parlementaires pensent que poser (trop) de questions sur les questions de Défense pourrait nuire à la sécurité nationale. Le cas du Kenya est ici parlant : 7e budget militaire du continent, le pays a attendu 2012 pour voter une loi obligeant l’institution militaire à soumettre un rapport financier au président et au parlement. D’autres pays africains, certains avec des budgets militaires importants, ont en théorie des lois imposant un contrôle parlementaire sur les ressources militaires. Mais, en Angola ou en Algérie, par exemple, elles ne sont pas appliquées. Le parlement du Ghana, au contraire, possède trois commissions chargées de surveiller les questions liées à la Défense et à la sécurité et l’une de ces commissions est présidée par le chef du plus grand parti d’opposition. Or, ce contrôle du législatif sur les ressources militaires reste une ligne de défense vitale dans la lutte contre la corruption, surtout lorsque les organes de contrôle et d’audit interne des armées ont failli.

Minimiser les risques de mauvaise gestion des (maigres) ressources et réduire les tentations quant à la corruption exige une remise à plat des procédures d’achat et d’acquisition par les armées et, peut-être, une externalisation de ce processus en dehors des armées. La création d’un organisme central d’achat pour tous les ministères, y compris le ministère de la Défense, serait probablement bénéfique car elle réduirait les tentations pour les plus hauts échelons de la hiérarchie militaire d’influencer les procédures d’achat pour leur bénéfice personnel. Une telle initiative permettrait aussi à la société civile (dans un rôle d’observateur associé aux procédures d’achat) de pouvoir vérifier la transparence et l’intégrité de la gestion du budget militaire sans se voir opposé le sempiternel refus lié au prétexte de confidentialité et de secret des questions de sécurité nationale.

Nombre de dysfonctionnements internes rencontrés par les armées africaines pourraient prendre fin si un plus grand contrôle extérieur s’exerçait sur les services d’inspection et d’audit interne de ces armées. Au lieu de peupler ces services d’officiers supérieurs et généraux dont on ne sait plus quoi faire, il serait plus rationnel et plus efficace de mettre sur pied des équipes mixtes d’auditeurs civils et militaires en embarquant par exemple des juristes et des spécialistes de la logistique capables d’observer, de conseiller et de commenter l’usage des deniers publics par les armées en rapport avec la mission et le mandat qui leur ont été confiés. De tels rapports, rendus publics, aideraient grandement à améliorer la transparence des procédures d’attribution de marchés publics et pourraient aussi servir à jauger et évaluer les considérations de passage de grade et de promotion pour les cadres militaires en charge de la gestion des ressources des armées. Car l’absence de tels mécanismes, ainsi que les mauvaises habitudes de gabegie et de mauvaise gestion, se ressentent cruellement sur le niveau opérationnel des armées africaines. Tant pour la gestion des ressources humaines que celle des équipements et la logistique militaires.

Le manque de maintenance et l’état lamentable des équipements contribuent à la paralysie opérationnelle observée dans beaucoup d’armées sur le continent. Depuis la fin de la Guerre Froide, le désengagement, partiel ou total, des partenaires internationaux des coûteuses procédures de maintenance des équipements militaires s’est ajouté à la baisse des budgets militaires alloués à cette fonction. Et les pays d’Afrique se révèlent depuis lors incapables de maintenir l’illusion de cohésion et de capacité opérationnelle de leurs outils militaires.

L’exemple du Mali en 2012-2013 a d’ailleurs fini de montrer les conséquences dramatiques de cette incapacité non seulement pour le Mali mais aussi pour les institutions de sécurité collective régionale de la CEDEAO. Malgré une longue expérience de maintien de la paix dans cette région (ECOMOG), ils se sont révélés incapables de déployer une force régionale crédible apte à pouvoir aider le gouvernement malien à stopper l’avance des groupes islamistes. La cruelle réalité pour le Mali et ses voisins ouest-africains est que, sans la résolution 2085 du Conseil de Sécurité de l’ONU autorisant la France à intervenir, Bamako n’aurait pas pu rétablir son intégrité territoriale.

Par ailleurs, l’Afrique subsaharienne ne compte plus d’armées de l’air digne de ce nom et capable de répondre aux missions qui leur sont normalement confiées. Les pilotes (d’avions de combat comme d’avions de transport) quittent le service actif et, pour les plus chanceux, se reconvertissent en pilote de vols commerciaux (charters ou autres) car leur service d’affectation lui-même a été le plus souvent réduit à du transport de hautes personnalités.

La même observation est possible pour les marines : au sud du Sahara, seule l’Afrique du Sud garde une capacité de déploiement en haute mer. En soi, cela n’est pas un développement négatif car, pour la majorité des pays africains confrontés à une menace maritime, celle-ci est présente dans les eaux territoriales et dans les ZEE (zones économique exclusive, soit jusqu’à 200 milles nautiques des côtes). Hélas, même les « petites » marines côtières comme celles du Cameroun, de Côte d’ivoire, du Kenya ou de la Tanzanie souffrent de l’obsolescence et du manque de maintenance des bâtiments en service.

4e étape – Créer un ombudsman militaire

Un complément au renforcement du contrôle civil sur les questions militaires pourrait passer par la création d’un ombudsman militaire indépendant, chargé d’aider l’institution militaire à observer et respecter les principes et les pratiques de bonne gestion et de bonne gouvernance.

Le problème des réformes  du secteur de la sécurité, et plus particulièrement des armées, est qu’elles sont souvent dirigées du haut vers le bas, s’entendent comme des processus internes et n’intègrent définitivement pas assez les inquiétudes, les doléances ou les craintes des hommes du rang et des citoyens civils au cours de cette réforme. Plus de la moitié des pays africains disposent déjà d’un ombudsman mais ceux-ci ne se concentrent que sur des questions civiles. L’innovation, ici, serait de disposer d’un service équivalent dirigé par des civils mais s’occupant exclusivement des questions militaires.

Les expériences du Canada et de l’Allemagne montrent qu’une telle institution, indépendante et impartiale, pourrait recevoir  les plaintes et trouver une solution à des problèmes d’actions inappropriées ou d’indiscipline de militaires en exercice ou encore repérer les failles et les défaillances dans le fonctionnement des armées (justice militaire, avancement et promotion, achat des équipements, externalisation ou sous-traitance de la maintenance). L’ombudsman militaire devrait bien entendu proposer les mesures et corrections nécessaires aux problèmes observés, en adressant ses recommandations aussi bien aux autorités militaires que civiles (pouvoir exécutif ET législatif, ainsi qu’à la société civile). Les observations de cet ombudsman militaire contribueraient à améliorer le contrôle parlementaire sur les questions militaires mais aussi à rendre les armées davantage responsables de leurs actions devant les autorités civiles et à utiliser de manière plus rationnelle et plus efficace les ressources allouées pour remplir leurs missions.

Se sachant observées, les autorités militaires seraient en outre obligées d’être davantage réactives face aux demandes et doléances émises par les hommes du rang sur des questions comme l’avancement, les soldes ou les conditions de vie en caserne. Pour un pays comme la Côte d’Ivoire qui a vécu plusieurs mutineries en janvier 2017, un tel mécanisme pourrait permettre de repérer les signaux faibles ou forts indiquant l’humeur de la troupe et de se pencher sur les causes d’un éventuel mécontentement avant que le volcan n’entre en éruption. La présence d’un ombudsman militaire et d’un cadre officiel permettrait en outre d’éviter de redonner une nouvelle légitimité et de l’importance à d’anciens seigneurs de guerre ou chefs de milices (rangés des affaires ou non) comme l’a fait le Président Ouattara en battant le rappel des fameux « comzones » pour mettre fin aux mutineries.

L’indépendance opérationnelle d’un tel ombudsman militaire nécessiterait une volonté politique forte car l’efficacité d’une telle institution dépendrait obligatoirement de l’accomplissement des points suivants accomplis :

  • une installation en dehors des murs du ministère de la Défense mais avec une totale libre circulation dans les emprises du dit ministère ;
  • une légitimité politique indiscutable, accordée de préférence par le pouvoir législatif et stipulant clairement la durée du mandat, les habilitations nécessaires au personnel de cette institution pour mener à bien leurs enquêtes et rendre leurs conclusions ou encore le caractère (contraignant ou non) des divers rapports et recommandations rendus ;
  • une sanctuarisation du budget de cet ombudsman militaire, ce budget ne pouvant évidemment pas être une ligne budgétaire inscrite dans le budget annuel de la Défense.

Conclusion

Les défis de la professionnalisation des armées en Afrique sont nombreux mais pas insurmontables. Pour remplir leurs missions, ces armées doivent absolument rester apolitiques, nationales et républicaines. Malheureusement, les défis que posent les armées à l’ordre constitutionnel ainsi que les comportements contraires à l’éthique et à la loi par divers acteurs militaires et civils restent trop fréquents sur le continent. Renverser cette tendance est absolument nécessaire pour rétablir la crédibilité des institutions militaires aux yeux des populations qu’elle sont supposées défendre.

En opérations, les armées africaines manquent encore de nombreuses capacités pour effectivement accomplir leurs missions. Les ressources budgétaires limitées et l’inadéquation entre la structure des forces armées et les missions qui leur sont attribuées contribuent également à la dégradation du moral des troupes et à leurs performances. Il apparaît donc urgent de réaligner la posture des armées africaines.

Enfin, la professionnalisation n’est pas une simple procédure administrative. Elle nécessite de doter les armées africaines d’une éthique et d’un socle de valeurs énoncé clairement et simplement comme suit: subordination aux autorités civiles, fidélité au pays et à sa constitution, sens du devoir, discipline et respect de la loi.


[1] NDLR : Cette rancœur et cette méfiance sont généralement observées. Mais avec la montée en puissance de groupes terroristes armés, les populations des zones vulnérables mettent davantage leur confiance en l’institution militaire. Le supposé courage et la dévotion des militaires face à ce type de menace notamment sont  fortement appréciés.

 Lire par exemple : http://www.globalsecurity.org/military/world/uganda/personnel-ethnic.htm , et plus généralement  The soldier and the changing state : building democratic armies in Africa, Asia, Europe, and the Americas de Báránys (2012)

[3] NDLR : En plus de la difficulté majeure de faire dialoguer les cultures stratégiques/méthodes/etc. acquises lors de ces formations à l’étranger.

Share
This entry was posted in Analyses and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Sur la professionnalisation des armées en Afrique

  1. Pingback: Revue de Presse – Juin (2/X) – Mercoeur

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *