Une année de lectures

Vous retrouverez ici regroupées 18 recensions publiées sur Ultima Ratio au cours de l’année 2016. Autant de pistes de lectures pour 2017 !

Une année de lectures


Paroles armées. Comprendre et combattre la propagande terroriste

1540-1Philippe-Joseph Salazar, Paris, Lemieux Éditeur, 2015, 264 pages. Recension par Marc Hecker.

“Cet ouvrage a le mérite de considérer le Califat proclamé par Abou Bakr Al-Baghdadi pour ce qu’il est : un puissant mouvement politico-religieux. À ce titre, Salazar démontre brillamment que la communication de cette entité politique vient en appui d’une stratégie de conquête et d’hostilité radicale à tous ceux qui s’opposent au projet califal. Si cet essai est particulièrement stimulant, il dérange pour au moins trois raisons. Tout d’abord, Salazar décrit l’État islamique de manière séduisante. Ses membres apparaissent comme de valeureux soldats, répondant à l’appel d’un chef – à la fois imam, émir et calife – au charisme indéniable.”


Hollande l’Africain

Hollande l'AfricainChristophe Boisbouvier, Paris, La Découverte, 2015, 224 pages. Recension par Aline Leboeuf.

“L’intérêt du livre ne réside pas d’abord dans ces anecdotes – qui prouvent que, même pour un politique français sans grand intérêt pour l’Afrique, il est difficile de ne jamais s’y confronter. Non, ce qui fascine dans ce livre c’est de voir comment l’Afrique rattrape même ceux qui ne s’y intéressent pas, et comment il est difficile de repenser et renouveler la politique africaine de la France, même ou surtout quand on est un homme « neuf » qui voit dans l’Afrique un espace « où il n’y a que des coups à prendre”.


De sueur et de sable. 14 jours pour rouvrir l’axe Nord Mali, décembre 2014

De sueur et de sableRaphaël Bernard, Le Polémarque, 2016. Recension par Rémy Hémez.

“De sueur et de sable est un beau récit qui ouvre une autre perspective sur les opérations de l’ONU ainsi que sur le Nord-Mali. L’on regrettera seulement que l’auteur n’en dise pas plus sur la fin de sa mission qui a, peut-être, été moins passionnante. Cela aurait pu compléter notre vision des opérations de l’ONU.  En complément de l’ouvrage, le lecteur gagner à jeter régulièrement un œil sur la page Facebook du livre qui, chapitre par chapitre, offre une sélection de superbes photos qui permettent de mieux se transporter dans les paysages rudes mais grandioses du Nord-Mali.”


Un silence religieux. La gauche face au djihadisme

129839_couverture_Hres_0Jean Birnbaum Paris, Seuil, 2016, 240 pages. Recension par Marc Hecker.

“L’auteur ne s’appuie pas seulement sur l’histoire, mais aussi sur la philosophie politique. Il estime ainsi que la célèbre formule de Marx – « la religion est l’opium du peuple »  – est souvent mal comprise, notamment par des responsables politiques de gauche. Loin de considérer la religion comme accessoire, l’auteur du Capital la tenait pour centrale : «La religion fut le grand sujet de Marx, le questionnement inaugural à partir duquel toute son œuvre s’est bâtie », affirme Birnbaum. Si la gauche faisait l’effort de relire Marx attentivement, elle comprendrait la puissance de la religion et serait peut-être plus apte à saisir la force de l’islamisme.”


Terreur dans l’Hexagone. Genèse du djihad français.

Terreur dans l'Hexagone KepelGilles Kepel, avec la collaboration d’Antoine Jardin Paris, Gallimard, 2015, 352 pages. Recension par Marc Hecker.

“Au final, le bilan dressé par Kepel est sombre. À court terme, les services de renseignement doivent réussir à s’adapter au terrorisme décentralisé prôné par Al-Suri, faute de quoi de nouveaux attentats auront lieu. À plus long terme, il faudra parvenir à éviter le délitement de la nation et à recréer une cohésion sociale. Pour ce faire, l’instruction nationale – «tombée dans l’indigence du fait d’une impéritie coupable de la classe politique» – devra être rebâtie.”


La guerre par ceux qui la font. Stratégie et incertitude.

la guerre par ceux qui la font CHEMBenoît Durieux (dir.), Monaco, Éditions du Rocher, 2016, 368 pages. Recension par Rémy Hémez.

“Au bilan, cet ouvrage collectif est très intéressant, varié, et soulève de nombreuses pistes de réflexion. On saluera comme il convient l’initiative de cette publication, tant les armées sont riches de multiples travaux de réflexions de qualité dont trop peu sont publiés.”


Pourquoi perd-on la guerre? Un nouvel art occidental

Mise en page 1Gérard Chaliand Paris, help Odile Jacob, 2016, 176 pages. Recension par Elie Tenenbaum.

“L’École des Annales avait vertement rejeté « l’histoire-bataille », qui tentait d’expliquer la cause des victoires et des défaites dans les guerres, pour lui préférer une étude inscrite dans le temps long, privilégiant les grandes mutations sociales et économiques des nations. Depuis de longues années déjà, Gérard Chaliand semble réconcilier la grande question de l’histoire militaire et de la stratégie en général – «pourquoi perd-on la guerre ? » – , avec l’étude des civilisations dans la longue durée. Dans son dernier livre, ce chercheur hors normes qui a dédié sa vie à l’étude de la conflictualité en combinant les travaux d’anthologie et les réflexions théoriques, avec l’observation au plus près des combattants, nous livre un récit brossé à grands traits de l’ascension et du déclin de la puissance militaire occidentale.”


Making Sense of the Central African Republic

9781783603800Sous la direction de Tatiana Carayannis et Louisa Lombard Londres, Zed Books, 2015, 384 pages. Recension par Rémy Hémez.

“Cet ouvrage, indispensable à tous ceux qui s’intéressent à la RCA mais aussi à la question générale du peace building, démontre bien que l’explosion de violence dans ce pays depuis 2012 est le fruit de la convergence de dynamiques de long terme complexes. Le livre remplit l’objectif affiché par les  auteurs : analyser pour la première fois en un seul volume l’économie poli – tique, le rôle des conflits et l’influence des acteurs régionaux en  RCA. Enfin, on ne peut qu’être d’accord avec le constat fait par les auteurs de la nécessité de traiter les racines profondes de la crise en redéfinissant les rôles de la société et de l’État centrafricains. Reste à espérer que l’engagement actuel de l’ONU en  RCA –  le plus important que le pays ait jamais connu  – puisse répondre à ces exigences.”


The French War on Al Qa’ida in Africa

9781107546783Christopher S. Chivvis Cambridge, Cambridge University Press, 2015, 240 pages. Recension par Rémy Hémez.

“Que peut nous apporter un nouvel ouvrage sur l’opération Serval après, entre autres, le très bon opus de Jean Christophe Notin (La Guerre de la France au Mali, Tallandier, 2014) ? Christopher Chivvis, directeur associé de l’Inter – national Security and Defense Policy Center de la RAND et enseignant à l’université Johns Hopkins, nous apporte en fait un point de vue différent, celui d’un Américain pouvant lire les sources en français, et qui a mené de nombreux entretiens en France afin de pouvoir traiter le sujet.”


Ghost Fleet. A Novel of the Next World War

P.W. Singer et A. Cole, 2015. Recension par Rémy Hémez.

Ghost Fleet

“De par les informations délivrées sur certains équipements et surtout les interrogations qu’il suscite en ce qui concerne l’évolution des technologies militaires et leur emploi opérationnel, ce roman mérite vraiment d’être lu par tous ceux qui s’intéressent aux questions de défense et de technologie militaire. Le fait qu’il soit accompagné de 374 notes renforce encore cet intérêt en favorisant l’approfondissement de certains points.”



Comment perdre la guerre contre le terrorisme ?

Perdre la guerre contre le terrorismeFrançois Heisbourg, Paris, Stock, 2016, 128 pages. Recension par Marc Hecker.

“François Heisbourg signe un essai d’une virulence inhabituelle. Réputé proche du Parti socialiste –  il a fait partie du cabinet de Charles Hernu de  1981 à  1984  –, il sonne une charge retentissante contre François Hollande et Manuel  Valls, accusés d’« incompétence » et de «médiocrité » dans leur gestion des attentats de 2015.”


L’ultime champ de bataille. Combattre et vaincre en ville

Frédéric Chamaud et Pierre Santoni Paris, Éditions Pierre de Taillac, 2016, 256 pages. Recension par Rémy Hémez.

Ultime champ de bataille

“L’Ultime champ de bataille ne s’adresse pas seulement aux spécialistes. Il est une excellente introduction aux problématiques du combat en ville, offre de nombreux enseignements tirés des opérations passées, et propose de multiples pistes de réflexion pour celles d’aujourd’hui et de demain.”


L’armée française en Afghanistan. Le génie au combat 2001-2012

L'armée française en AfghanistanChristophe Lafaye Paris, CNRS éditions, 2016, 502 pages. Recension par Rémy Hémez.

“Christophe Lafaye nous propose un ouvrage de référence très utile pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire récente de l’armée française, mais aussi à son actualité tant l’Afghanistan l’a marquée. On regrettera seulement que l’engagement français ne soit pas mis davantage en perspective par rapport à la stratégie et aux opérations menées par l’OTAN dans ce pays.”


L’artillerie des stratagèmes

L'Artillerie des stratagèmesColonel Olivier Fort, Economica, 2016. Recension par Rémy Hémez.

“Le colonel Fort nous rappelle ainsi dans cet excellent ouvrage que dans le domaine de la déception, c’est l’ingéniosité du combattant qui prime. Le lecteur appréciera ici la culture historique militaire, et profitera notamment des précieuses références concernant les utilisations britanniques et sud-africaines de l’artillerie, qui permettent à l’auteur de nous offrir de très nombreux exemples originaux pour appuyer ses propos, rendant cet ouvrage indispensable à tous ceux qui s’intéressent à l’art de la guerre.”


Un furieux désir de sacrifice, le surmusulman

surmusulmanParis, Seuil, 2016, 160 pages. Recension par Marc Hecker.

“Il arrive fréquemment qu’après un attentat, les journalistes s’interrogent : l’auteur était-il un déséquilibré ou un terroriste ? Comment a-t-il pu se radicaliser en quelques semaines ? Pouvait-on présager de sa dangerosité ? Parmi les psychanalystes qui interviennent régulièrement dans les médias pour tenter de répondre à de telles questions se trouve Fethi Benslama. Ce professeur de psychopathologie à l’université Paris-Diderot signe un court essai intitulé Un furieux désir de sacrifice. Le surmusulman, qui vise à fournir quelques clés de compréhension du phénomène djihadiste.”


Carnage and Connectivity. Landmarks in the decline of Conventional Military Power

Carnage and ConnectivityDavid Betz, Hurst, 2015, 264 pages. Recension par Rémy Hémez.

“Pour David Betz, Clausewitz avait raison d’écrire que la guerre reposait sur la chance, la raison et la passion. Avec la technologie, l’Occident a tenté d’éliminer la chance et la passion. Il a échoué sur ces deux points, mais est parvenu à «dynamiter la raison». L’auteur nous offre ici un livre extrêmement riche où, page après page, la réflexion du lecteur est sollicitée tant sur la nature de la guerre que sur celle de nos sociétés.”


Dark Territory. The Secret History of Cyber War

Dark TerritoryFred Kaplan New York, Simon and Schuster, 2016, 352 pages. Recension par Rémy Hémez.

“Le livre explore deux « territoires sombres ». Celui de la cyber-guerre, offensive et défensive, de ses précurseurs et de ses coups d’éclats. Celui de la bureaucratie et de la lutte de quelques hommes face à l’inertie administrative pour faire prendre en compte les problématiques cyber, et en particulier celle de la sécurité des réseaux.”

 

 

 


Cassandra in Oz. Counterinsurgency and Future War

Conrad C. Crane, Naval Institute Press, Annapolis, 2016, 307 p.

Cassandra in Oz

“Au final, cet ouvrage de Conrad Crane est un véritable témoignage pour l’histoire. L’auteur nous offre une plongée dans la période phare de la contre-insurrection contemporaine. C’est une lecture indispensable pour tous les amateurs d’histoire militaire et tous ceux qui s’intéressent à la contre-insurrection et à l’élaboration et l’impact des doctrines militaires. C’est enfin un remède face au risque de – déjà – oublier les leçons de cette longue guerre.”

 

Share
This entry was posted in Lu, vu, attendu and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *