The Accidental Guerilla: Fighting Small Wars in the Midst of a Big One

David Kilcullen, Londres, Hurst & Co., 2009, 346 pages.

Cette recension est d’abord parue dans Politique Etrangère N°3 2009.

David Kilcullen fait partie de ces soldiers-scholars qui alimentent l’histoire de la pensée stratégique américaine. Né en 1967, cet ancien officier australien explore depuis une dizaine d’années le phénomène de la guerre irrégulière à l’Université de New South Wales. C’est ainsi qu’il devient en 2005 le conseiller de Condoleezza Rice sur les questions de contre-insurrection, ainsi que du général Petraeus en Irak, où il fut l’un des artisans du surge. Il reste aujourd’hui l’un des experts les plus influents aux États-Unis. Lire The Accidental Guerrilla, c’est donc découvrir une recherche, mais aussi prendre la « température intellectuelle » des cercles de la sécurité nationale à Washington.

Afficher l'image d'origine

Kilcullen avait introduit la controverse avec une étude de 2004, dans laquelle il appelait à considérer la lutte contre le terrorisme en termes d’« insurrection globale[1] ». Sans pour autant renier cette notion, il précise ici sa pensée en l’articulant à l’échelle locale dans un nouveau concept : la guérilla accidentelle.

La guérilla accidentelle, c’est le piège tendu par le terrorisme aux États et dans lequel l’Occident est tombé après le 11 septembre. Le « syndrome », comme l’appelle D. Kilcullen en amateur de métaphores médicales, se décline en quatre phases : l’infection, au cours de laquelle des terroristes transnationaux établissent leur présence dans une zone ; la contagion, qui voit leur activité se développer sous des formes diverses ; celle-ci menant à une intervention internationale; elle même, perçue comme une invasion, conduit à un rejet des populations locales qui s’organisent ainsi en guérillas aux côtés des terroristes.

Bien que son analyse ne soit pas entièrement nouvelle, D. Kilcullen a le mérite de l’exposer avec force et complexité à un large public américain, encore peu familier de cette approche non conventionnelle. Son autre atout majeur est d’ancrer sa pensée dans les réalités de terrain, tout en balayant de nombreux théâtres d’opérations. Il montre ainsi comment, en Afghanistan, les relais de pouvoir traditionnels ont été noyautés ou remplacés par une infrastructure radicale. Il propose une réponse contre-insurrectionnelle à partir d’un programme de construction de routes qui n’est pas sans rappeler la dimension pacificatrice des voies romaines. Il revient aussi naturellement sur l’Irak, avec les tribulations des premiers temps du surge, en se concentrant particulièrement sur la formation et l’emploi des forces de sécurité locales. À l’instar du judo, la guérilla accidentelle utilise donc la force de l’adversaire pour le renverser. Le 11 septembre n’a finalement été qu’une immense provocation qui a poussé l’Amérique à réagir de façon excessive — D. Kilcullen a toujours condamné l’invasion de l’Irak — par des interventions tous azimuts offrant aux takfiri le djihad légitime dont ils ont tant besoin. Le terrorisme n’est donc que le premier acte de l’insurrection, seule à même de donner la victoire par la conquête des populations. La stratégie antiterroriste de l’Amérique centrée sur l’ennemi (enemy-centric) se révèle ainsi la meilleure alliée d’une stratégie terroriste centrée sur la population (population-centric). En permettant aux djihadistes de rallier temporairement des populations locales sur la défensive, l’Amérique « a fait d’une souris un éléphant ».

Kilcullen s’attache à varier ses exemples, à les rechercher dans des situations politiques, sociales et religieuses diverses : il évoque ainsi les cas du Timor oriental, où il a lui-même servi, ou encore celui des rebelles en Thaïlande. C’est pourtant bien la lutte contre l’islam combattant qui semble constituer la priorité de l’auteur, qui va jusqu’à faire de l’Europe – et notamment des banlieues françaises – un front potentiel de cette guérilla accidentelle, et en livre une analyse intéressante – certes sans expérience de première main, souvent traitée de manière exagérée, mais non sans intuition.

L’ouvrage de D. Kilcullen est à classer dans ces témoignages d’un retour au pragmatisme du leadership américain. S’il juge sévèrement l’hubris interventionniste des années Bush en Irak et en Afghanistan, il insiste sur le devoir qu’a l’Amérique de ne pas abandonner ces deux pays, tant sur le plan moral que sur celui de l’intérêt national. L’Amérique, en déclenchant des guérillas accidentelles, a forgé les armes d’un nouvel ennemi, unissant les échelles globale et locale. Pour D. Kilcullen, il est temps de les séparer à nouveau, et que l’éléphant redevienne souris.


[1] D. Kilcullen, « Countering Global Insurgency », Journal of Strategic Studies, vol. 28, n° 4, août 2005, p. 597-617.

Share

About Elie Tenenbaum

Elie Tenenbaum is a Research Fellow at the Security Studies Center of the French Institute of International Relations (IFRI). His research focuses on irregular warfare, military interventions and expeditionary forces. Holding a PhD (2015) in History and graduated from Sciences Po (2010), he has been a visiting fellow at Columbia University (2013-2014) and spent a year at the War Studies Department, at King's College London (2006) ; he has taught international security at Sciences Po and international contemporary history at the Université de Lorraine.
This entry was posted in Lu, vu, attendu and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *