Hollande l’Africain

Christophe Boisbouvier, Paris, La Découverte, 2015, 224 pages.

Cette recension a d’abord été publiée dans le n°1/2016 de Politique étrangère.

Hollande l'Africain

François Hollande prône la « doctrine par l’exemple » dans la mise en œuvre de sa politique africaine. Serait-ce un mélange d’héritages réinterprétés, entre Mitterrand et Jospin, d’équilibrisme ad hoc, de principes revus à l’aune de la Realpolitik ? Pour comprendre ce président finalement fort « normal » au regard de ses prédécesseurs, Christophe Boisbouvier revient sur son parcours africain, de ses premiers faits d’armes sous Mitterrand jusqu’à ses difficultés récentes à se démarquer de partenaires africains fort mal élus.

On apprend ainsi que, au cabinet du secrétaire d’État porte-parole du gouvernement, Hollande défend l’intervention Manta au Tchad. En 1996, il contribue aux efforts du cabinet Mignard pour renégocier en faveur du Tchad son contrat avec Exxon-Shell-Elf. Surtout, représentant du PS auprès de l’Internationale socialiste, il se constitue un premier réseau africain qui, comme son stage de l’ENA en Algérie en 1978, détermine plus sa vision de l’Afrique que ses rares voyages en Somalie et au Sénégal. Sa première vraie décision en matière de politique africaine consiste à soutenir Gbagbo jusqu’en octobre 2004.

Mais l’intérêt du livre ne réside pas d’abord dans ces anecdotes – qui prouvent que, même pour un politique français sans grand intérêt pour l’Afrique, il est difficile de ne jamais s’y confronter. Non, ce qui fascine dans ce livre c’est de voir comment l’Afrique rattrape même ceux qui ne s’y intéressent pas, et comment il est difficile de repenser et renouveler la politique africaine de la France, même ou surtout quand on est un homme « neuf » qui voit dans l’Afrique un espace « où il n’y a que des coups à prendre ».

Hollande est élu sans autre politique africaine que : « mettre fin à la Françafrique », aux interventions militaires, aux réseaux et aux relations privilégiées avec des dictateurs. Trois ans après, la France est intervenue au Mali et en Centrafrique. Les réseaux et les intermédiaires n’ont plus officiellement droit de cité, réduisant ainsi le risque de privatisation de la politique africaine de la France. Mais, comme le montre l’auteur, de nouveaux réseaux ou intermédiaires ont pris une importance nouvelle, comme l’Internationale socialiste ou certains avocats, communicants, consultants, ou même compagnies de service de sécurité et de défense proches du président ou de ses ministres. Enfin, alors que le Burkina Faso avait été intelligemment valorisé par Paris pour affirmer la fin du soutien aux présidents tentés de faire sauter le verrou constitutionnel des deux mandats, cet engagement de principe de Hollande a vite été mis de côté au profit d’une approche moins engagée, voire complice, des régimes en place, surtout quand la question du changement constitutionnel ne s’y pose plus. Quand Le Drian explique à l’auteur qu’il « flirte mais […] ne couche pas », n’entend-on pas un résumé efficace de cette relation compliquée entre la France de l’Hollande et ses partenaires africains, auxquels il faut bien payer les services rendus ?

Ainsi lorsque Juppé raillait l’opposition socialiste en lui reprochant de faire « un mauvais copier-coller de la droite », il posait une vraie question : comment faire une autre politique africaine, quand l’obsession reste la « grandeur de la France », cette idée mitterrandienne que « sans l’Afrique il n’y aura pas d’histoire de France au xxie siècle » ? Christophe Boisbouvier ne répond pas à cette question, mais donne de nombreuses clés pour y réfléchir.

 

Share
This entry was posted in Lu, vu, attendu and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Hollande l’Africain

  1. Pingback: Une année de lectures - Ultima RatioUltima Ratio

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *