Focus stratégiques 2015

L’année se termine, l’heure est aux bilans, l’occasion pour nous de revenir sur nos publications de l’année (toutes disponibles gratuitement en ligne). Tout d’abord, les Focus stratégiques de l’année 2015 – collection en langue française et anglaise, publiée par le Laboratoire de recherche sur la défense et le Centre des études de sécurité de l’Ifri.

couv_FS55
L’union ou la force ?

Les défis des opérations multinationales contemporaines

Auteur : Olivier Schmitt

Ce Focus stratégique n°55 est téléchargeable ici.

Résumé :

Les opérations multinationales contemporaines interviennent dans un contexte stratégique caractérisé par la prévalence des conflits limités pour les Etats occidentaux. De ce fait, elles sont marquées par une tension entre la logique militaire de l’intégration des forces armées comme condition de l’efficacité, et la logique politique de l’autonomie d’action des Etats. Cette situation entraîne un certain nombre de dynamiques spécifiques, notamment l’imposition de restrictions à l’utilisation de la force (« caveats »), la difficulté d’atteindre l’unité d’objectif et l’unité de commandement ou la recherche d’une légitimité internationale par le nombre de participants à l’intervention. Cet article revient sur ces dynamiques des interventions multinationales contemporaines, et explore des possibilités de gestion des difficultés inhérentes à la dialectique intégration/autonomie.

Couvfs56
Ukraine : A Test for Russian Military Reforms
 

Auteur : Pavel Baev

Ce Focus stratégique n°56 est téléchargeable ici.

Résumé :

Depuis plusieurs années la Russie s’est massivement investie dans la modernisation de ses forces armées, se dotant ainsi des moyens qui ont permis l’annexion éclair de la Crimée en mars 2014. Néanmoins, au regard de la détérioration de la situation économique, des doutes apparaissent aujourd’hui quant à la capacité russe à poursuivre ces ambitieuses réformes. C’est particulièrement vrai des forces stratégiques qui devront revoir la priorité qu’elles avaient reçue en 2010. Des incertitudes pèsent également sur les futures missions et capacités tant de la Marine que de l’armée de l’Air. Quant aux forces terrestres et particulièrement les unités de forces spéciales (Spetsnaz), elles doivent désormais s’adapter à la « guerre hybride » qui se déroule dans l’Est ukrainien tout en maintenant leur propre processus de modernisation.

Couvfs57hecker

 

Web social et djihadisme : du diagnostic aux remèdes

Auteur : Marc Hecker

Ce Focus stratégique n°57 est téléchargeable ici.

Résumé:

D’Al Qaïda à l’organisation Etat islamique, la mouvance djihadiste internationale a su s’adapter aux évolutions du web qu’elle utilise comme une véritable plateforme opérationnelle. Elle se sert ainsi d’Internet non seulement pour diffuser sa propagande mais aussi pour distiller des grandes orientations stratégiques et des conseils tactiques, pour recruter et pour lever des fonds. Autrefois très actifs sur des forums spécialisés, les groupes djihadistes ont migré depuis quelques années sur les réseaux sociaux. Les Etats qui font face à ces groupes ont réagi tardivement et de manière désordonnée. Aujourd’hui, la lutte prend principalement deux formes : la censure des contenus djihadistes sur Internet et la production de contre-discours.

fs58
European Defense Planning and the Ukraine Crisis: Two Contrasting Views
 

Auteurs : Magnus Petersson et Andres Vosman 

Ce Focus stratégique n°58 est téléchargeable ici.

Résumé :

Alors que perdure la crise ukrainienne, l’Europe doit reconnaître la réalité d’un nouvel environnement stratégique et s’y adapter. Ces développements impliquent notamment de repenser la posture expéditionnaire adoptée par l’OTAN au cours des vingt dernières années, et à réévaluer le besoin de renforcer la défense collective et les capacités de réassurance. Les deux textes présentés ici, répondent, sous différents angles, à cette question. D’une part, une analyse fondée sur l’expérience estonienne en tant qu’Etat en première ligne de la menace, encourageant un retour à la dissuasion par des forces conventionnelles. D’autre part, une approche plus organisationnelle est présentée à travers le concept de « génération de force conjointe », proposant de conserver les structures de forces tout en mettant en commun les moyens logistiques.

Couv FS59
L’opération Serval à l’épreuve du doute : vrais succès et fausses leçons 

Auteur : Antoine d’Evry

Ce Focus stratégique n°59 est téléchargeable ici.

Résumé :

Le déploiement des forces françaises au Mali en janvier 2013, avec pour objectif de contrer l’offensive des groupes djihadistes du Nord Mali, ont démontré la capacité de l’Armée française à se projeter dans un très court délai, et de conduire une opération expéditionnaire à longue distance de façon autonome, en dépit des limites de ses moyens. Le succès de Servalpeut être expliqué au travers de plusieurs facteurs comme la présence de forces prépositionnées, la prise de décision rapide et un tempo opérationnel élevé, mais aussi le labeur diplomatique et la qualité des relations bilatérales avec les pays africains. Ce succès ne doit cependant pas conduire à sous-évaluer les lacunes capacitaires qui ont été illustrées lors de l’opération dans les domaines du transport stratégique, de l’Intelligence, Surveillance and Reconnaissance (ISR) ainsi que de la capacité politique à régler un conflit interne dont l’issue demeure incertaine.

fs60ventre
La cyberguerre des gangs aura-t-elle lieu ?

Auteur : Daniel Ventre

Ce Focus stratégique n°60 est téléchargeable ici.

Résumé :

Les gangs ont pris appui sur le cyberespace pour évoluer. Les nouvelles technologies de l’information leur ont par exemple permis de gagner en rapidité et de faciliter leur internationalisation. Les membres de gangs utilisent beaucoup les réseaux sociaux, en particulier Facebook et Twitter. Ils y publient des photographies, vidéos, chansons et textes qui répondent à divers objectifs : promotion d’une sous-culture criminelle, stratégie de terreur vis-à-vis des gangs adverses, menaces adressées à la police, tentatives d’influer sur les populations locales, etc. Ces données accessibles sur Internet n’échappent pas aux forces de sécurité qui utilisent désormais des logiciels innovants pour lutter contre la criminalité.

FS61
Maîtriser la puissance de feu. Un défi pour les forces terrestres

Auteur : Corentin Brustlein

Ce Focus stratégique n°61 est téléchargeable ici.

Résumé :

En vue de réduire les risques de dommages collatéraux, la maîtrise des effets de la puissance de feu est devenue, au cours des dernières décennies, une préoccupation centrale des armées occidentales. Pour autant, cet impératif n’a pas les mêmes implications pour les différentes armées. L’emploi de la puissance de feu par les forces terrestres comporte ainsi nombre de spécificités liées au terrain, aux missions, à la diversité des moyens et des effets à générer. Il convient donc de s’interroger sur la façon dont les forces terrestres, et notamment l’armée de Terre française, envisagent la maîtrise des effets. L’étude s’intéresse ainsi aux besoins et capacités des forces terrestres en termes de maîtrise des effets, selon la nature des opérations ou du milieu, et aux opportunités et risques que présente un recours accru aux feux de précision.

couv julien
Guerre de l’information : le web russe dans le conflit en Ukraine
 

Auteur : Julien Nocetti

Ce Focus stratégique n°62 est téléchargeable ici.

Résumé :

Depuis le début de la crise en Ukraine, la Russie a déclenché une véritable « guerre de l’information ». Moscou perçoit sa relation avec les pays occidentaux comme un état de conflit permanent qui nécessite l’emploi de moyens alternatifs afin d’affaiblir la volonté et la capacité de l’adversaire. La guerre de l’information russe a jusqu’ici suivi deux principaux axes d’action : renforcer le contrôle de l’internet russe, afin de prévenir tout scénario de soulèvement populaire associé à une utilisation militante du web ; et saper l’objectivité de la couverture médiatique du conflit par les Occidentaux et les Ukrainiens. Malgré certaines réussites au début du conflit, la grossièreté des tactiques employées et une influence sur les grands médias internationaux en-deçà des ambitions affichées et des moyens déployés, entament aujourd’hui l’image de la Russie dans son « étranger proche » et en Occident.

couv elie

Le piège de la guerre hybride

Auteur : Elie Tenenbaum

Ce Focus stratégique n°63 est téléchargeable ici.

Résumé :

Depuis son introduction au milieu des années 2000, la guerre hybride est devenue un concept en vogue au sein de la communauté stratégique occidentale. Faute de définition claire, son usage risque pourtant de mener à des incompréhensions, voire à de dangereux quiproquos. Au niveau politique et stratégique, le concept d’hybridité reflète la porosité entre la guerre régulière et la guerre irrégulière. Au niveau opératif, il renvoie à certaines manœuvres sophistiquées combinant dispersion et concentration des forces. Enfin, au niveau tactique et capacitaire, il décrit l’association d’équipements conventionnels modernes, normalement réservés aux formations régulières, et le recours à des tactiques non-linéaires, typiques de la guerre irrégulière. Ce mode de combat innovant a démontré son efficacité sur une grande variété de théâtres et avec des belligérants aussi différents que la Russie en Ukraine, l’Etat islamique en Irak et en Syrie, ou les cartels de la drogue au Mexique. Il importe pourtant de ne pas être aveuglé par une labellisation hybride unique dès lors que seules des stratégies différenciées sauront venir à bout de chacune de ces menaces.

couv.fs64

Sweden’s Nato Workaround: Swedish security and defense policy against the backdrop of Russian revisionism

Auteur : Barbara Kunz

Ce Focus stratégique n°64 est téléchargeable ici.

Résumé :

La politique étrangère révisionniste de la Russie et l’accroissement de ses capacités militaires ont d’importante conséquences pour la sécurité dans la région de la mer Baltique, y compris pour la Suède. Cependant, l’abandon du non-alignement militaire n’est pas à l’ordre du jour pour Stockholm. L’actuel gouvernement suédois tente de faire face aux défis à l’aide de la « doctrine Hultqvist », du nom du ministre de la Défense Peter Hultqvist : d’un côté, la Suède augmente ses capacités de défense nationale, de l’autre côté, elle tente d’intensifier sa coopération internationale de défense tout en évitant de sauter le pas de la défense collective. Au vu des développements sécuritaires dans la région Baltique, la posture stratégique suédoise et la position de la Suède dans l’architecture de sécurité européenne ont un intérêt bien au-delà des frontières du pays. Après des décennies de réductions considérables du budget de la défense et des réformes qui visaient à orienter exclusivement les forces armées suédoises vers les missions expéditionnaires, la tâche s’avère cependant difficile. De même, la question de l’OTAN reste très délicate dans le débat politique, en particulier pour le parti social-démocrate au pouvoir.

Share
This entry was posted in Divers and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *