Sweden’s Nato Workaround: Swedish security and defense policy against the backdrop of Russian revisionism

couv.fs64Le Centre des études de sécurité  de l’Ifri vient de publier le numéro 64 de la série Focus stratégique:

Sweden’s Nato Workaround: Swedish security and defense policy against the backdrop of Russian revisionism  

Barbara Kunz est actuellement chercheur au Cerfa. Titulaire d’un doctorat de Science politique de l’Université de Stockholm/Suède, Barbara Kunz est également diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Elle a rejoint le CERFA après avoir travaillé pour le Centre for Baltic and East European Studies (Stockholm, Suède), la Fondation Bertelsmann (Gütersloh, Allemagne) et la Fondation Genshagen (près de Berlin, Allemagne) durant plusieurs années. Elle a en outre passé plusieurs mois au Center for Transatlantic Relations/Johns Hopkins University à Washington ainsi qu’au Centre for International Affairs à Varsovie en tant que chercheur invitée. Elle est également l’auteur de l’analyse “Le dilemme de la politique de sécurité suédoise: l’ambiguïté entre les niveaux interne et externe” (Nordiques, 2012).

Ce nouveau Focus stratégique en langue anglaise est téléchargeable ici.

Résumé:

La politique étrangère révisionniste de la Russie et l’accroissement de ses capacités militaires ont d’importante conséquences pour la sécurité dans la région de la mer Baltique, y compris pour la Suède. Cependant, l’abandon du non-alignement militaire n’est pas à l’ordre du jour pour Stockholm. L’actuel gouvernement suédois tente de faire face aux défis à l’aide de la « doctrine Hultqvist », du nom du ministre de la Défense Peter Hultqvist : d’un côté, la Suède augmente ses capacités de défense nationale, de l’autre côté, elle tente d’intensifier sa coopération internationale de défense tout en évitant de sauter le pas de la défense collective. Au vu des développements sécuritaires dans la région Baltique, la posture stratégique suédoise et la position de la Suède dans l’architecture de sécurité européenne ont un intérêt bien au-delà des frontières du pays. Après des décennies de réductions considérables du budget de la défense et des réformes qui visaient à orienter exclusivement les forces armées suédoises vers les missions expéditionnaires, la tâche s’avère cependant difficile. De même, la question de l’OTAN reste très délicate dans le débat politique, en particulier pour le parti social-démocrate au pouvoir.

Sommaire:

Introduction: The New Baltic Litmus Test

Swedish Security and Defense Policy: Historical Background

Post-Cold War Era: Strategic Timeout and Paradigm Shifts

An Evolving Security Environment

The Military Status Quo: The Swedish Armed Forces in 2015

Sweden’s Position within the European Security Architecture

NATO membership ahead?

Conclusion

Share
This entry was posted in Divers and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *