Ukraine: A Test for Russian Military Reforms

Le Laboratoire de recherche sur la défense de l’Ifri vient juste de publier le numéro 56 de la série Focus stratégique :

Ukraine : A Test for Russian Military Reforms

Pavel Baev est directeur de recherche et enseignant au sein du Peace Research Institute, Oslo (PRIO). Il est également Senior non-Resident Fellow à la Brookings Institution, Washington D.C., ainsi que chercheur associé à l’Ifri, Paris. A la suite de l’obtention de son Master géopolitique de l’Université de Moscou en 1979, il a travaillé pour le ministère de la Défense de l’URSS. Il obtient par la suite un doctorat en relations internationales de l’institut d’études nord-américaines de l’Académie des sciences de Moscou.

Ce nouveau Focus stratégique est téléchargeable ici.

Résumé:

Depuis plusieurs années la Russie s’est massivement investie dans la modernisation de ses forces armées, se dotant ainsi des moyens qui ont permis l’annexion éclair de la Crimée en mars 2014. Néanmoins, au regard de la détérioration de la situation économique, des doutes apparaissent aujourd’hui quant à la capacité russe à poursuivre ces ambitieuses réformes. C’est particulièrement vrai des forces stratégiques qui devront revoir la priorité qu’elles avaient reçue en 2010. Des incertitudes pèsent également sur les futures missions et capacités tant de la Marine que de l’armée de l’Air. Quant aux forces terrestres et particulièrement les unités de forces spéciales (Spetsnaz), elles doivent désormais s’adapter à la « guerre hybride » qui se déroule dans l’Est ukrainien tout en maintenant leur propre processus de modernisation.

Sommaire:

The Scope of the Shoigu Reform

The Dubious Gamble on Strategic Forces

New perspectives for Russian Navy

The Uncertain Future of Russian Airpower

More Special Forces for New “Hybrid Wars”

Military Options for the Next Phase

Share
This entry was posted in Lu, vu, attendu and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Ukraine: A Test for Russian Military Reforms

  1. Starshiy says:

    Bonjour
    Quand on voit l’état de la flotte de sous-marins nucléaires d’attaque, notamment en flotte du Pacifique, on ne peut qu’être dubitatif sur l’avenir à moyen terme. A l’heure actuelle, cette dernière flotte ne dispose plus d’aucun SNA (trois SSGN du projet 949A).
    Et tout cela se complique avec les difficultés à mettre au point les nouvelles unités (projets 955, 885, 677 et même 06363 !)
    Bonne soirée

    [Reply]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *