La Turquie, les armes nucléaires et la DAMB

kibaroglu picLe Centre des études de sécurité de l’Ifri vient juste de publier le numéro 49 de la série Proliferation Papers:

Between Allies and Rivals: Turkey, Nuclear Weapons, and BMD

Mustafa Kibaroglu est titulaire de la chaire de relations internationales de l’université d’Okan, Istanbul. Il est également membre du conseil de Pugwash et conseiller académique auprès du Centre d’excellence de l’OTAN pour la défense contre le terrorisme. Co-auteur du Global Security Watch – Turkey (2009), il a rédigé plusieurs ouvrages sur le terrorisme nucléaire et publie régulièrement des articles dans des revues telles que Nonproliferation ReviewBulletin of the Atomic Scientists ou Arms Control Today.

Ce nouveau Proliferation Paper est téléchargeable ici.

Résumé:

Cet article examine les positions adoptées par la Turquie sur les armes nucléaires et la défense antimissile balistique (DAMB) à la lumière des évolutions récentes du programme nucléaire iranien et de la posture de dissuasion élargie de l’OTAN. Si le stationnement d’armes nucléaires tactiques américaines sur le territoire turc et l’implication de la Turquie dans l’architecture de défense antimissile balistique américaine en Europe sont toujours considérés comme des éléments déterminants de la sécurité nationale du pays, la montée des menaces régionales rend Ankara sceptique quant à la solidité des garanties offertes par l’OTAN et les Etats-Unis. Un décalage croissant apparaît ainsi entre la posture turque officielle et les vues exprimées par l’opinion publique et un nombre croissant d’experts sur des sujets tels que l’importance de l’alliance avec les Etats-Unis, les relations avec l’Iran ou, enfin, l’opportunité pour la Turquie de se doter d’armes nucléaires. Bien qu’une telle orientation soit extrêmement improbable à court terme, la Turquie aspire à être plus autonome dans ses choix et capacités stratégiques, et l’émergence d’un rival régional ambitieux et doté de l’arme nucléaire pourrait à terme l’amener à prendre ses dispositions en ce sens. C’est également au regard de cette quête vers l’autonomie que doit être interprétée la récente décision turque de préférer un fournisseur chinois à ses alliés européens ou américain pour l’acquisition de son système de défenses sol-air.

Sommaire:

Introduction

Turkish Perspectives on Iran’s Nuclear Program

Turkey and NATO’s « Extended Deterrence »

Turkey and Ballistic Missile Defense: Between Assurance and Autonomy

Conclusion

 

 

Share
Ce contenu a été publié dans Divers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.