Building Security Institutions : Lessons Learned in Afghanistan

Le Centre des Etudes de Sécurité (CES) de l’Ifri vient de publier le numéro 38 de la série Focus stratégique :

Building Security Institutions: Lessons Learned in Afghanistan

Olivier Neola a travaillé cinq ans à la Division Affaires Politiques de l’OTAN. Depuis 2005, physician il a servi trois fois comme conseiller politique auprès du Représentant Spécial de l’Union Européenne en Afghanistan. En 2009, il a été nommé Secrétaire Général du Conseil International de Coordination de la Police (IPCB), physician qui coordonne les efforts internationaux pour la réforme de la police en Afghanistan. Il travaille actuellement pour la Capacité Civile de Planification et de Conduite au sein de l’Union Européenne.

Son Focus stratégique, en anglais, est disponible ici.

Résumé :

Après sa rapide victoire militaire contre les Taliban, la communauté internationale semble avoir sous estimé les ressources, le temps et la quantité de travail nécessaires à la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS) afghan. Malgré le soutien initial des populations, l’approche par l’empreinte légère, prêchée par les Européens, n’a pas produit les résultats escomptés permettant ainsi à l’insurrection de progresser en se nourrissant du mécontentement populaire. Après la dégradation des conditions de sécurité en 2005-6, la coalition, sous l’impulsion américaine, a intensifié le recrutement et l’entraînement des forces de sécurité afghanes. Mais les débats internes sur le rôle de ces forces, et notamment l’Afghan National Police, dans une société hautement fragmentée, a créé de profondes divisions entre les Etats-Unis et les autres membres de la coalition (notamment les pays de l’Union Européenne). A la veille du retrait des troupes de l’ISAF, le gouvernement afghan ne semble pas capable de gérer ses nouvelles forces de sécurité qui sont parfois les seuls représentants de l’Etat dans les zones reculées et échouent encore à stabiliser le pays.

Sommaire :

Introduction

2002-2004: Optimism and “Light Footprint”

2005-2009: Rising Insecurity and the Test of Police Reform

Building Security Forces as an “Exit Strategy”

Conclusion

Share
Ce contenu a été publié dans Divers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.