Etablir l’état de droit au Kosovo. Succès et échecs des Nations unies

Le Centre des études de sécurité de l’Ifri vient de publier le numéro 34 de la série Focus stratégique, intitulé :

Etablir l’état de droit au Kosovo. Succès et échecs des Nations unies

L’auteur, Jean-Christian Cady, est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et ancien élève de l’ENA. Après une carrière dans le corps préfectoral, il a été, de décembre 1999 à juin 2001, représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l’ONU au Timor Oriental, chargé de la gouvernance et de l’administration publique, avec le grade de sous-secrétaire général de l’ONU. D’août 2001 à décembre 2004, toujours avec le même grade onusien, il a été  chef du pilier police et justice au sein de la Mission Intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK). Il a terminé sa carrière comme chef du service de coopération internationale de police au ministère de l’intérieur de 2005 à 2008.

L’article est téléchargeable ici.

Voici le résumé de l’article:

Créée le 10 juin 1999 par la Résolution 1244 du Conseil de sécurité, la MINUK avait pour objectif de refonder les institutions d’un pays dévasté par la guerre et d’établir une gouvernance démocratique. Dans le cadre de ce processus de state-building, la sécurité des personnes et des biens et l’existence d’un système judiciaire dans lequel la population a confiance étaient des critères essentiels. La communauté internationale n’est parvenue qu’imparfaitement à réaliser ces objectifs. Des difficultés locales, liés à  la haine interethnique et à l’insécurité qui en découle, mais aussi des faiblesses internes aux institutions internationales, ont représenté des obstacles majeurs à l’implantation d’une police locale et d’un système judiciaire respectueux des normes des Nations unies. Aujourd’hui, le soutien d’acteurs internationaux demeure nécessaire au bon fonctionnement du Kosovo, attestant de la fragilité de l’indépendance. Ce bilan de l’action de la MINUK démontre que les opérations de maintien de la paix peuvent atténuer les conflits sans pour autant en supprimer les causes.

Ainsi que le sommaire:

Introduction

Assurer la sécurité des personnes et des biens

Créer un système judiciaire neutre

Transitions inachevées

Conclusion

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires !

Share
Ce contenu a été publié dans Lu, vu, attendu, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.