Al Qaïda, la France et la décentralisation du jihad

Alors que les commentaires commencent à abonder à propos du message attribué à Oussama Ben Laden dans lequel le chef d’Al Qaïda s’adresse directement “au peuple français”, il paraît opportun de revenir sur deux documents récents émanant de la mouvance jihadiste internationale qui appellent explicitement à mener des actions terroristes en France. Dans une vidéo produite par as-Sahab et diffusée il y a quelques jours sur des sites jihadistes, Adam Gadahn (connu aussi sous le nom d’Azzam al-Amriki) exhorte les musulmans vivant dans les “banlieues misérables” de Paris, Londres et Détroit à passer à l’action.

L’autre document est un article publié dans le deuxième numéro du magazine Inspire, produit au Yémen par Samir Khan et dont un des contributeurs vedettes n’est autre qu’Anwar al-Awlaki. Dans un article intitulé « The ultimate mowing machine », Yahya Ibrahim encourage les sympathisants d’Al Qaïda à simplifier leurs modes opératoires. Plutôt que de tenter de réaliser des attentats complexes qui risquent d’échouer, il leur suggère de customiser un 4×4 avec des lames tranchantes et de foncer sur une foule compacte. Et l’auteur de l’article d’ajouter :

Cette idée pourrait être mise en œuvre dans des pays comme Israël, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie, la France, l’Allemagne, le Danemark, la Hollande et d’autres pays dont le gouvernement et l’opinion publique soutiennent l’occupation israélienne de la Palestine, l’invasion américaine de l’Afghanistan et de l’Irak, ou des pays qui ont joué un rôle important dans la [campagne de] calomnie contre Mahomet.

Si le mode opératoire est présenté comme nouveau, il n’est pas sans rappeler des attentats qui avaient eu lieu à Jérusalem en 2008 et au cours desquels des engins de chantier avaient été utilisés pour renverser des véhicules et des piétons.

Yahya Ibrahim est l’auteur d’un autre article publié dans ce numéro d’Inspire intitulé « Tips for our brothers in the United Snakes of America ». Les sympathisants d’Al Qaïda vivant dans les pays occidentaux sont incités à mener des attentats dans ces pays plutôt qu’à se rendre en Afghanistan ou en Irak. Une double raison est invoquée : 1) en allant en Afghanistan ou en Irak, les combattants originaires des pays occidentaux risquent de se faire remarquer et arrêter par les services de renseignement ; 2) commettre un attentat dans les pays occidentaux – et en particulier aux Etats-Unis – aurait plus d’impact car « pour tuer un serpent, il faut viser sa tête » (d’où le jeu de mots du titre de l’article).

Yahya Ibrahim est véritablement obsédé par les services de renseignement. Aussi demande-t-il aux apprentis jihadistes de faire preuve d’une discrétion maximale. Pour cela, le mieux serait d’agir seul, de ne pas chercher à partir s’entraîner à l’étranger et de ne pas visiter les sites web jihadistes. De manière assez subtile, l’auteur suggère même de se connecter aux sites dénonçant les activités d’Al Qaïda (comme celui du SITE institute ou du Memri) pour obtenir des informations sans éveiller les soupçons.

Il en appelle une fois encore à la modestie dans l’action, préférant une fusillade « réussie » (c’est-à-dire tuant quelques personnes) à un gros attentat manqué. Visiblement les leçons des attentats ratés du vol Amsterdam-Détroit, de Times Square et de l’aéroport de Glasgow ont été tirées. Cela ne signifie pas, toutefois, que la mouvance Al Qaïda renonce totalement aux attaques très meurtrières, susceptibles d’avoir un impact stratégique. Yahya Ibrahim lance ainsi un appel aux diplômés en microbiologie et en chimie et les invite à préparer des attaques chimiques et biologiques.

Tout ceci n’est pas sans rappeler les préceptes exposés par Abu Mus’ab al-Suri dans son Appel à la Résistance Islamique Globale – dont des extraits sont d’ailleurs reproduits dans le dernier numéro d’Inspire. La décentralisation de la mouvance jihadiste internationale semble ainsi se poursuivre, accréditant la thèse de Marc Sageman qui, depuis 2008, annonce l’émergence d’un « jihad sans leader ».

Share
This entry was posted in Analyses and tagged . Bookmark the permalink.

2 Responses to Al Qaïda, la France et la décentralisation du jihad

  1. Pingback: Tweets that mention Ultima Ratio » Al Qaïda, la France et la décentralisation du jihad -- Topsy.com

  2. Pingback: Ultima Ratio » Blog Archiv » Y a-t-il des djihadistes 2.0?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *